Aujourd’hui est le sixième jour de mon expérience “365 jours pour changer radicalement mon activité littéraire, mon rapport à la douleur, ma productivité; toutes choses simples et faciles à réaliser en somme”.

“L’expérience 365” pour faire court.

 

Influence sur le rythme

Ce matin, j’ai senti un déblocage. J’ai écrit, oui. 1.000 mots, comme tous les autres jours.

En plus, s’est fait jour une sensation organique, l’émergence d’une certitude : j’avais atteint la fin de l’acte premier du “Prophète des Cinq Mondes” rythme du récit

senti ce matin quand j’ai atteint la fin de l’acte 1 (“Ascension”).

Et je suis entrée dans l’acte deux. C’était une évidence.

Le rythme quotidien de l’écriture me donne maintenant un sens du rythme du récit : je “vois” vers où il se dirige. Je sens ses ondulations sous la main. Des éléments qui n’étaient pas clairs jusqu’ici font maintenant sens.

Le livre avance.

L’histoire devient complexe.

Le processus de sa mise au jour est fascinant.

 

6ème jour

Demain, je tire l’enseignement de cette première semaine sur tus les plans :

  • la douleur, la gestion de celle-ci;
    • le processus créatif;
    • les obstacles, comment je les ai surmontés;
    • l’état d’avancement de mes projets.

Ce sera dans le cadre de la chronique du dimanche matin, qui reprend… qui sera le sujet de l’article “J359” à publier demain !

Enseignements de l’expérience

  1. le rythme quotidien de l’écriture est un catalyseur du processeur créatif en lui-même;
  2. la sensation de satisfaction profonde qui en découle est la meilleure chose qui me soit arrivée depuis des mois;
  3. au-delà du nombre de mots, au bout de six jours seulement, je “vois” le déroulement de l’histoire; je le sens dans mes os, mes muscles, ma posture face à l’écran.

 

Prophète des Cinq Mondes – Nombre de mots du jour

Fin de l’acte 1. Demain, je compte bien dépasser les 20.000 mots.
À suivre…