Aujourd’hui est le 13ème jour de mon expérience “365 jours pour changer radicalement mon activité littéraire, mon rapport à la douleur, ma productivité; toutes choses simples et faciles à réaliser en somme”.

“L’expérience 365” pour faire court.

 

Il y a des hauts

.. et puis des bas.

Hier était un haut en matière écriture (le flux). Aujourd’hui fu tu n bas. De nouveau, cette sensation pénible de lutter contre le courant pour sortir ces fameux 1.000 mots.

Mais…

À la différence d’il y a quelques mois, quelques semaines, je les ai sortis.

Je ne vais pas m’obliger à aller au-delà. J’ai la certitude que l’habitude venant, je dépasserais ce fameux cap des 1.000 mots.

De toute façon, maintenir ce cap de manière constante suffit pour me permettre d’atteindre mon objectif d’écriture, celui que j’ai énoncé dans mon premier article de l’expérience 365.

Par contre, là où je butte toujours, où je suis en retard, c’est la refonte de mon site internet et de l’abonnement à ma chronique.

Je vais donc m’occuper de cela aujourd’hui… Parce que, demain, j’enverrai cette chronique et je fournirai, comme promis le premier extrait du Prophète des Cinq Mondes à mes abonnés.

Enseignements de l’expérience

  1. certains matins sont encore compliqués, l’habitude d’écrire chaque jour n’est toujours pas solidifiée;
  2. trouver l’équilibre entre écriture et auto-édition est essentiel;
  3. faire face à l’impatience (je voudrais que “tout” soit fait, aujourd’hui; c’est compliqué pour moi.

 

Prophète des Cinq Mondes

1.064 mots. Moins que ce que j’avais espéré pour un samedi. Suffisant.