Aujourd’hui est le second jour de mon expérience “365 jours pour changer radicalement mon activité littéraire, mon rapport à la douleur, ma productivité, de petites choses  toutes simples et faciles à réaliser”. “L’expérience 365” pour faire court.

 

Retour aux bases

Je parlerai dans les prochains jours de l’avancée du “Prophète des cinq mondes” dépassé le cap des 16.000 mots ce matin). Mais revenons, d’abord sur comment j’ai réussi à atteindre mon premier objectif : redémarrer.

 

L’impact de la douleur

L’impact le plus débilitant de la douleur physique est pour moi le délitement de toutes les habitudes positives qui structurent ma vie et la rende intéressante, agréable, productive.

Il y eu un moment cet été ou je me retrouvai clouée au lit, submergée par la douleur puis, par le sentiment de découragement, la fatigue aussi (physique et mentale). Je faisais face à de multiples tendinites et zones de douleurs intenses. Lorsque la douleur s’impose ainsi, elle règne en maîtresse absolue de mes jours et de mes nuits.

Un membre atteint: je fonctionne. Deux en même temps: la vie devient misérable. Trois simultanément: je m’immobilise.

 

Premières habitudes à remettre en place

Oh, maintenant j’écris plus ou moins régulièrement (pas encore assez), je vais au travail les jours prévu avec mon client du moment, j’assume l’administratif nécessaire. Mais il a d’abord fallu en arriver là.

Pour ça, il m’a d’abord fallu remettre en place trois habitudes fondamentales:

  1. me lever tous les jours au réveil (et ne pas me replonger dans la somnolence douloureuse qui m’assaillait);
  2. commencer la journée par 30 minutes de stretching. Tous les jours, sans exceptions;
  3. ouvrir mon courrier entrant, tous les jours de la semaine.

 

Pourquoi des objectifs si modestes?

Pourquoi des objectifs si modestes au départ me direz-vous?

Parce qu’ils étaient accessibles, d’abord.

Parce que les deux premiers étaient essentiels pour interrompre le cycle de la douleur et de la somnolence.

Parce que le troisième était facile dans son exécution et pourtant important pour retrouver le sentiment de contrôler mon existence.

 

Outil pratique

Pour me fixer ces objectifs et mesurer mes progrès, j’ai utilisé une application iPhone: Better Habits.

 

Et cela a fonctionné. Dès le moment où j’ai complété deux de ces premières habitudes (lever et courrier), je les ai remplacées par les deux suivantes (écriture du roman en cours et blog). Lorsque la troisième passera en “habitude établie”, elle sera elle-aussi remplacée.

C’est là mon but, ma méthode :

  • commencer par trois habitudes simples, faisables,
  • les établir,
  • les conserver,
  • ajouter au fur et à mesure des habitudes nouvelles, plus difficile… tout en conservant les premières.

 

Mes objectifs dans tout ça ?

Mais nous sommes toujours loin des buts que je me suis fixés, non ?

D’abord, la douleur !

Le plus important, pour permettre tout le reste.

La douleur est maintenant revenue dans des limites raisonnables : un “2” ou au maximum un “3”, chaque jour.

Voici combien de mots j’ai écrits ce matin (le projet “Prophète des cinq mondes”, P5W en raccourcis) :

 

Enseignements de l’expérience jusqu’à ce jour

  1. (re-)mettre en place trois habitudes au maximum en même temps;
  2. focaliser sur les plus faciles au début;
  3. focaliser sur celles qui améliorent tous les autres secteurs (comme, pour moi, la gestion de la douleur);
  4. la douleur Marfan: pour la contenir, je dois m’astreindre à 30 minutes d’assouplissement/renforcement musculaire par jour, sans exception. C’est un minimum. Ce n’est pas suffisant pour une remise en forme réelle (ça, c’est l’objectif d’après).